«Festival de Saint Sébastien et Cinélatino, Rencontres de Toulouse» : Cinéma en Construction : 36éme édition

La 36ème édition de Cinéma en Construction
présentera six premières œuvres

Cinéma en Construction est une initiative professionnelle menée à bien par le Festival de Saint Sébastien et Cinélatino, Rencontres de Toulouse dans le but de donner une impulsion au cinéma d’Amérique latine. Créée en 2002, la manifestation biannuelle est devenue une plateforme de projection internationale de nouveaux talents et un point de rencontre de référence pour l’industrie audiovisuelle.

Ce dispositif qui se déroulera les 23, 24 et 25 septembre au festival de San Sebastian, montrera des productions du Brésil, de la Colombie, du Mexique, du Panama et de l’Uruguay

Six premières œuvres ont été sélectionnées à Cinéma en Construction 36, sur un total de 185 productions. Les premières œuvres sont El árbol rojo (L’arbre rouge) de Joan Gómez (Colombie – Panama – France), Las vacaciones de Hilda (Les vacances de Hilda) de Agustín Banchero (Uruguay – Brésil), Madalena de Madiano Marcheti (Brésil), Nudo Mixteco (Nœud mixtèque) de Ángeles Cruz (Mexique), Os caminhos do meu pai (Les chemins de mon père) de Mauricio Osaki (Brésil – Pologne) et Sin señas particulares (Pas de signe particulier)de Fernanda Valadez (Mexique).

Quatre des films présentés à Cinéma en Construction à Saint Sébastien et Toulouse participeront cette année au Festival. Deux en compétition pour Horizontes latinos, El príncipe (Le Prince) de Sebastián Muñoz, sélectionné à la Semaine de la Critique de Venise ; Agosto (Août), d’Armando Capó, qui a aussi participé au Forum de Coproduction et à Cinéma en Construction 32 ; Los tiburones (Les requins), de Lucía Garibaldi, qui a remporté Cinéma en Construction 34 et reçu des prix à Sundance et Guadalajara. Algunas bestias (Quelques fauves), de Jorge Riquelme, primé à Cinéma en Construction Toulouse, participera à New Directors (Nouveaux Réalisateurs).

El árbol rojo / L’Arbre rouge
Joan Gómez Endara (Colombie – Panama – France)
Production : Big-Sur Películas, Mass Media Communications, In Vivo Films, Viso Producciones

À la mort de son père, Eliécer se retrouve chargé d’une demi-sœur inconnue nommée Esperanza. Il a mission de l’accompagner à la capitale, à la recherche de sa mère qui l’a abandonnée bébé. La décision de ne pas prendre la responsabilité de la petite et l’accomplissement de ce devoir oblige Eliécer à entreprendre un voyage pour lequel il accepte la compagnie de Toño, jeune batelier, qui aspire à aller en ville pour y devenir champion de boxe. Au bout du chemin, Eliécer affronte la décision de retrouver le foyer et la famille que lui et Esperanza ont perdue. Première œuvre.

Las vacaciones de Hilda / Les Vacances de Hilda
Agustín Banchero (Uruguay – Brésil)
Production : Tarkiofilm, Arissas

Hilda est une femme solitaire qui habite le village de Concepción et qui brise exprès toutes ses relations affectives avec les personnes de son entourage immédiat. Sa vie est interrompue par la nouvelle que son fils vient la voir, au bout de plusieurs années. C’est ainsi qu’elle entreprend des préparatifs pour arranger sa maison et son image, qui se sont dégradées les derniers temps. Quand la date approche, son fils annule sa visite et la remet à une époque indéterminée. Hilda devra donc vivre un été dans le passé. Première œuvre.

Madalena
Madiano Marcheti (Brésil)
Production : Pólo Filmes, Raccord Produções

Le corps de Madalena, une femme trans, git dans un champ de soja. Luziene vit sans grand espoir dans un quartier pauvre de banlieue, aidant sa mère au travail. Dans un quartier chic enclos à l’autre bout de la ville, vit Cristiano qui doit démontrer à sa famille qu’il peut se charger de la plantation de soja de son père. Dans un ruisseau, Bianca et d’autres amis trans se débrouillent comme ils le peuvent de la mort de Madalena. Quoiqu’ils ne se connaissent pas, l’esprit de Madalena, qui vole sur la ville, crée un lien entre eux. Première œuvre.

Nudo mixteco
Ángeles Cruz (Mexique)
Production : Madrecine, EI2 Media

Trois histoires croisées à la fête patronale de San Mateo, village mixtèque de la région d’Oaxaca. Esteban, un migrant, rentre au bout de trois ans pour découvrir que Chabela, sa femme, vit avec un autre homme. Furieux, il convoque le village pour une assemblée qui doit la juger. María rentre pour enterrer sa mère, son père la rejette et, dans l’incertitude et la douleur, elle propose à Piedad, son amour lesbien de l’enfance, de partir avec elle. Toña revit sa propre douleur devant l’abus sexuel dont sa fille est victime et elle rentre affronter sa famille pour la protéger. Première œuvre.

Os Caminhos do Meu Pai / Les Chemins de mon père
Mauricio Osaki (Brésil – Pologne)
Production : Dezenove Som e Imagens, Kraków Film Klaster

Trung, un camionneur qui voyage toujours à travers le nord du Vietnam, découvre que sa belle-mère a été hospitalisée et qu’il doit se charger de Vy, sa fille de dix ans qu’il connait à peine, puisqu’elle a été élevée par sa grand-mère. Il est déjà engagé pour le voyage suivant et, quoiqu’il soit opposé à y emmener sa fille, il n’a pas le choix. Trung et Vy sont obligés de partager ce voyage sentimental de deux générations sur les routes du nord-Vietnam : le premier pour elle, le dernier pour lui. Première œuvre.

Sin señas particulares / Pas de signes particuliers
Fernanda Valadez (Mexique)
Production : Corpulenta Producciones, Avanti Pictures

Magdalena entreprend une traversée à la recherche de son fils, disparu lors de son trajet vers la frontière avec les États-Unis. Le parcours de Magdalena à travers les villages et les paysages désolés du Mexique actuel la mène à faire la connaissance de Miguel, un jeune qui vient d’être expulsé des États-Unis et fait son voyage de retour à la maison. C’est ainsi qu’ils s’accompagnent : Magdalena à la recherche de son fils, et Miguel en attendant de retrouver sa mère, dans un territoire où déambulent ensemble victimes et bourreaux. Première œuvre.

Le Prix de l’industrie Cinéma en Construction. Attribué par les entreprises Ad Hoc Studios, Deluxe Spain, Dolby Iberia, Dolby Iberia, Laserfilm Cine y Video, Nephilim Producciones, No Problem Sonido, y Wanda Visión, ce Prix consiste en services de post-production décrits sur la base des Prix (Bases del Premio) pour le film gagnant et en plus un DCP sous-titré en anglais, ainsi que la distribution en Espagne.

Articles similaires

Laisser un commentaire